L'art du bijou Amazigh de Kabylie

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

L'art du bijou Amazigh de Kabylie

Message par agraw111 le Sam 16 Jan - 21:37

La Kabylie est connu par ses bijoux Amazigh de renommée
universelle qui sont legerement différent de ceux des
autres Imazighen de l'Afrique du Nord.
La tribu des Ait Yani est considérée la source principale de
création et de perrenité de cet art ancestral.
Fibules,bagues,boucles, colliers,tabzimt, bracelets,diadèmes,
broches,cendriers et autres sont les principales creation.

pendentif de Kabylie en argent


bracelet en argent coloré de Kabylie Algerie
avatar
agraw111

Messages : 251
Réputation : 0
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 63

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art du bijou Amazigh de Kabylie

Message par agraw111 le Sam 16 Jan - 21:38



Les hommes et les femmes de la tribu des Ath Yanni
travaillent traditionnelement l'argent, le corail et les
émaux cloisonnés, et appliquent leurs techniques au façonnage
de coffres en bois finement sculptés de métal. Les bijoux
d'argent, qui faisaient traditionnelement partie de la
dot de la jeune mariée, à l'origine des pièces d'argent
montées, sont sertis de corail récolté en Méditerranée
et d'émail teint en jaune pour symboliser le soleil,
vert pour la nature environnante et bleu pour le ciel.
Les bijoux étaient quelquefois bordés d'une frange en
argent appelée achrur u dabal. Dans la parure que la
jeune femme emportait avec elle on trouvait des broches
de front ou de poitrine (tavrucht) et des fibules
(tavzimt) qui retenaient en divers points les robes
,des ceintures (tahzamt), des colliers (azrar), des
bracelets (azevg), des bagues (tikhutam) et des
boucles d'oreilles (talukin). On raconte qu'autrefois
le savoir-faire et l'inspiration étaient si jalousement
préservés au sein des familles qu'on ne se mariait
qu'entre Ath Yanni, mais aujourd'hui l'apprentissage
se fait autant auprès des artisans eux-mêmes que dans
des centres de formation créés pour donner un nouvel
élan à un art séculaire qui pâtit de la crise économique.
Dans les années 1970, on estimait qu'il y'avait environ
500 artisans, aujourd'hui ils ne sont plus qu'une pauvre
soixantaine dont la production constitue presque 60
pour cent du revenu de la région. Chaque année, fin
juillet-début août, les artisans se réunissent à Ath
Yanni (Beni Yenni), qu'ils soient joailliers, vanneurs
ou brodeurs, et organisent des expositions-ventes dans
les lieux publics comme l'espace culturel Mouloud Mammeri
la Maison des jeunes et l'école Larbi Mezani à Ath Yanni.
avatar
agraw111

Messages : 251
Réputation : 0
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 63

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum